vendredi 27 janvier 2012

le petit exercice littéraire (4)

C'est un poète que je vous propose cette semaine, un poète un peu particulier dans le sens où son côté libertaire affirmé n'a jamais empêché qu'il soit encore aujourd'hui un des  poètes les plus connus et les plus familiers. 
Il me semble que c'est plutôt facile et nul besoin d'images. Non plus que d'internet d'ailleurs. Cherchez, cherchez bien, il n'y en a qu'un qui pouvait écrire un tel texte. Donc l'auteur et le titre de ce poème: réponses dimanche dans la soirée, rubriques commentaires.

Anticlérical fanatique
Gros mangeur d'écclésiastiques,
Cet aveu me coûte beaucoup,
Mais ces hommes d'Eglise, hélas !
Ne sont pas tous des dégueulasses,
Témoin le curé de chez nous.
Quand la foule qui se déchaîne
Pendit un homme au bout d'un chêne
Sans forme aucune de remords,
Ce ratichon fit scandale
Et rugit à travers les stalles,
"Mort à toute peine de mort!"
Puis, on le vit, étrange rite,
Qui baptisait les marguerites
Avec l'eau de son bénitier
Et qui prodiguait les hosties,
Le pain bénit, l'Eucharistie,
Aux petits oiseaux du moutier.
Ensuite, il retroussa ses manches,
Prit son goupillon des dimanches
Et, plein d'une sainte colère,
Il partit comme à l'offensive
Dire une grand' messe exclusive
A celui qui dansait en l'air.
C'est à du gibier de potence
Qu'en cette triste circonstance
L'Hommage sacré fut rendu.
Ce jour là, le rôle du Christ(e),
Bonne aubaine pour le touriste,
Etait joué par un pendu.
Et maintenant quand on croasse,
Nous, les païens de sa paroisse,
C'est pas lui qu'on veut dépriser.
Quand on crie "A bas la calotte"
A s'en faire péter la glotte,
La sienne n'est jamais visée.
Anticléricaux fanatiques
Gros mangeur d'écclésiastiques,
Quand vous vous goinfrerez un plat
De cureton, je vous exhorte,
Camarades, à faire en sorte
Que ce ne soit pas celui-là.

3 commentaires:

  1. Enfin un texte qui m'inspire!
    la messe au pendu de Brassens
    bises
    P

    RépondreSupprimer
  2. J'ai reconnu Georges Brassens aux premières lignes! C'est "la messe au pendu". Pour une fois qu'il ne "bouffe" pas du curé... Christiane

    RépondreSupprimer
  3. Il s'agit bien sûr du grand Georges Brassens (1921 - 1981) et de "la messe au pendu". Pour ma part, je considère ce poème comme l'un des plus beaux jamais écrit contre la peine de mort, et qu'il soit écrit sur ce mode-là, c'est-à-dire par un anti clérical militant pour rendre hommage à un prêtre lui donne encore plus de force et de signification.
    Aujourd'hui, Goerges Brassens est reconnu quasiment par tout le monde, j'écris quasiment car il y a encore des gens pour le détester et c'est bien ainsi: il ne me semble pas que ce poète ait apprécié de faire l'unanimité pour lui...
    ci-après le lien vers Deezer: bonne écoute
    http://www.deezer.com/fr/music/track/2262654

    RépondreSupprimer

l'OUZBÉKISTAN (suite 2) Tachkent: "la ville de pierre" (Tach= pierre et kent= ville)

Capitale cosmopolite d’un pays musulman et laïque, Tachkent réinvente son passé à force d’avenirs. Entre les écrans publicitaires et les b...