"Ce n'est pas parce que l'on a rien dire qu'il faut fermer sa gueule" Michel AUDIARD

samedi 31 mars 2018

Qui se souvient de Youri Gagarine?

Youri Gagarine (1934 - 1968)

Oui, qui se souvient de Youri Gagarine, le premier homme à voyager dans l'espace à bord d'un satellite artificiel le 12 avril 1961? Sans doute pas grand monde. Quoique, pour reprendre Raymond Devos, quoique...

Même s'il y avait peu de téléviseurs dans les foyers français, la presse quotidienne est encore très lue et il me semble que, quand même, ce souvenir reste vivace parmi la population tant cet évènement était inattendu. Sans doute aussi, beaucoup parmi les "Baby Boomers", alors adolescents, se rappellent-ils ce visage souriant d'un type à peine plus âgé qu'eux: Gagarine avait tout juste 27 ans, autant dire un "jeunot".

Chez nous, la guerre d'Algérie - alors appelée pudiquement "les évènements" - occupait les esprits, alors qu'à Cuba, Fidel Castro allait consolider son pouvoir après l'épisode calamiteux de "la baie des cochons"*.

Ce vol de Gagarine fut un évènement considérable. Non seulement parce que personne ne s'y attendait, mais aussi parce que dans un climat de guerre froide, c'était les soviétiques qui marquaient un point considérable dans la course à l'espace devant les américains.

le Sputnik
]
Et cela après avoir lancé le premier satellite artificiel, le Spoutnik I* en 1957. Nous pouvions alors entendre son fameux "bip - bip"* Puis en novembre de la même année, c'est la chienne Laïka* qui est le premier être vivant à être lancé dans l'espace.
N. Kroutchev accueillant Y. Gagarine
Les soviétiques ne vont pas manquer de célébrer ce que Nikita Kroutchev,* secrétaire général du PCUS, appelle "la force et la supériorité du régime communiste " puisque cette victoire est celle "du parti, de la révolution, de Lénine, du système socialiste"

Y. Gagarine et N. Kroutchev


Ce fut à Moscou et dans tout le pays l'occasion de célébrer le héros Gagarine qui incarne "l'idéal de l'égalité soviétique." En 1957, - il a alors 23 ans - il obtient son brevet de pilote sur Mig 15. Il est ensuite sélectionné dans l'équipe des premiers cosmonautes du programme spatial soviétique. Après différents tests et examens, il est retenu avec vingt autres candidats. C'est Nikita Khrouchtchev qui choisit Gagarine, à cause de ses compétences physiques et scientifiques, mais aussi parce qu'il a de "meilleures origines" sociales.
la "une" de l'Humanité

Chez nous, l'Humanité, alors "l'organe central du parti Communiste Français", titre en une: "un soviétique à ouvert pour l'homme l'ère  du cosmos."





Avant le vol définitif, deux essais de lanceurs sont réalisés avec succès, même si plusieurs échecs les ont précédés. Mais les services de renseignements soviétiques signalent que le programme américain prévoit le lancement d'un vol habité pour le mois de mai.
Youri Gagarine

Aussi, le vol de Gagarine sur Vostok est-il avancé. Pour la petite histoire, Madame Gagarine, même si elle se doute de quelque chose, ignore tout de ce que va faire son mari.

Le 12 avril, Youri Gagarine s'installe dans la capsule. Bien qu'il ne soit pas très grand, 1,56 mètre, la position n'est guère confortable.

la capsule
A 09h07 précises, la fusée décolle du su site de Baïkonour,* au Kazakhstan. Le vol est entièrement automatique, c'est à dire que le pilote n'a pas accès aux commandes.


Gagarine est particulièrement décontracté: au moment
du départ, il lance " et c'est parti!". Deux minutes après le décollage, il s'exclame: " Je vois les nuages, le site d'atterrissage... C'est magnifique. Quelle beauté."


la capsule Vostok
l'orbite de Vostok



Le vol va durer 1h 48 à une hauteur moyenne de 250 km. Il constate qu'il peut manger, boire, travailler même en état d'apesanteur, ce que les ingénieurs russes pensaient impossible du fait justement de l'apesanteur.


Vostok après l'atterrissage
]
Le retour sur terre est quelque peu problématique: les rétrofusées ne fonctionnent pas comme prévu. Il note: " Tout tournait. Je voyais d'abord l'Afrique, puis l'horizon, puis le ciel. J'avais à peine le temps de protéger mes yeux des rayons du soleil. J'ai mis mes jambes de manière à couvrir le hublot sans avoir à fermer les stores." Mais il reste toujours aussi calme. Comme le prévoit la procédure, à quelques kilomètres du sol, il s'éjecte et se pose à 10H55 dans la région de Saratov, à environ 800 km au sud est de Moscou.


G. Yitov - N. Kroutchev - Y. Gagarine

Il est bien sûr accueilli en héros par toutes les autorités soviétiques qui prouvent ainsi que l'URSS n'est pas le pays arriéré comme le pensent les puissances occidentales. Il est promu major, reçoit la médaille de "héros de l'Union Soviétique" et la médaille de "l'ordre de Lénine." Avec Titov* qui a été le second soviétique à être envoyé dans l'espace en août 1961, il va entamer une tournée mondiale qui le mènera de Grande Bretagne au Brésil en passant par l'Islande, la Pologne, Cuba et l'Inde.

Bien qu'il soit toujours volontaire pour d'autres missions du même type, il ne sera plus désigné pour faire partie des futurs équipages. Quelques années plus tard, devenu le symbole de l'astronautique soviétique triomphante, il ne sera plus autorisé à voler sur des avions de chasse.
Est-ce que son succès, sa renommée lui ont-ils tourné la tête? Toujours est-il qu'il mène une vie quelque peu dissolue qui vont lui faire perdre une bonne partie de son crédit auprès des autorités.

le MIG 15 UTI biplace

Pourtant, début 1968, il est de nouveau autorisé à voler. Le 27 mars, il décolle à bord d'un avion biplace d'entrainement, un MIG 15-UTI. Ce sera son dernier vol: il s'écrase pas très loin de la base aérienne.
Dans un premier temps, l'enquête conclut que Gagarine ne s'est pas éjecté car il ne voulait pas que son avion s'écrase sur une école: il fallait à tout prix conserver l'image du héros soviétique. Mais par la suite et avec la déclassification des archives, il est apparu que son appareil avait été pris dans des turbulences créées par un autre chasseur et, de ce fait, était parti en vrille avant de s'écraser au sol.
Youri Gagarine
Youri Gagarine avait alors 34 ans. Et donc, voila 50 ans le 27 mars que disparaissait le premier homme à être envoyé hors de l'orbite terrestre.

Avec le recul, chacun peut mesurer l'importance de l'évènement. Certes, aujourd'hui, envoyer des humains ou des satellites dans l'espace est devenu quelque chose de courant.
Mais, enfin, remettons cette première dans son contexte et mesurons l'exploit à sa juste valeur: en à peine 60 ans, nous étions passé du premier vol motorisé sur 37 mètres à une fusée capable de projeter un homme dans l'espace à l'intérieur d'une cabine et de le ramener sur terre sain et sauf.

Cela devrait peut-être ramener à plus d'humilité certains scientifiques qui jouent les fiers à bras quand ce n'est pas au docteur Folamour.

*clic sur le lien

de Claude Bachelier, aux éditions ZONAIRES





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire